Pythagore Vs Aristote

Aujourd’hui je veux vous parler d’une anecdote historique très peu connue, mais qui a pourtant opposé deux des plus grands penseurs de l’Antiquité.

Vous les connaissez sûrement, mais une petite mise en contexte s’impose tout de même.

  • Pythagore est un mathématicien, géomètre et philosophe  ayant vécu aux alentours du 3ème siècle avant J-C. On le connait surtout pour son théorème qui permet de calculer l’hypoténuse d’un triangle rectangle, mais le gars était aussi à la tête d’une école de pensée qu’il avait basée sur un truc très simple : les math.
mc_t08i01.png

Le théorème en question, pour ceux qui suivaient pas trop en classe

Selon lui, les nombres étaient Dieu. Et donc, très logiquement, la géométrie était une façon de communiquer avec ce dieu.
Ça a du sens quelque part, surtout si on se penche sur les constantes que l’on connaissait à l’époque. Il y a 2300 ans, comprendre que certains nombres se retrouvaient dans la nature de manière répétée et régulière devait être une découverte assez impressionnante. Je pense par exemple au nombre d’Or ou à Pi, qui déjà étaient la source de nombreux maux de tête.
Fort de son analyse théologique, Pythagore a fini par créer sa propre école de pensée : l’école pythagoricienne. Celle-ci comptait plusieurs centaines de membres triés sur le volet, et bénéficiait d’une certaine influence. Tout particulièrement sur les mathématiques d’ailleurs, domaine dans le quel beaucoup de progrès ont été réalisés grâce à leur dévouement.

  • Aristote est lui le père de la réthorique, le philosophe le plus accompli de son époque et surtout l’un des pires scientifique que la terre  n’ai jamais connu. Son principal problème était qu’il développait des théories, puis essayait de faire concorder ses observations avec celles-ci. Ses thèses furent reprises par l’église Catholique, on lui doit donc une bonne partie de l’obscurantisme religieux ayant affecté les sciences durant le moyen âge.
aristote-philosophe.jpg
C’est lui

Mais Aristote était un coquin.

Aussi, lorsqu’il vit que l’école Pythagoricienne prenait de l’ampleur, il eu l’ingénieuse idée de remettre en question leurs croyances. Et pour ce faire, rien de plus simple ! Il suffisait de démontrer que les mathématiques sur lesquelles se basait Pythagore était fausses, ou à minima pas suffisantes pour être la clef de chaque problème.

Il prit donc le fameux théorème dont nous avons parlé plus haut et y appliqua un raisonnement par l’absurde.

Dans la majorité des cas, ce théorème est simple et nous permet de calculer efficacement l’hypothénuse d’un triangle rectangle.

pythagore.jpg
Ici le calcul est : 3² + 4² = AC²
Soit : 9 + 16 = √25
Et √25 = 5
Donc AC = 5

Facile !

Mais comment fait-on lorsque les deux côtés valent 1 ?

Le calcul nous donne ceci :
1² + 1² = AC²
Donc 1 + 1 = √2
Mais quel est le nombre qui, porté au carré, nous donne 2 ?

Aucun.

Ou en tout cas ils n’en avaient jamais entendu parler chez Pythagore. Parce que ce dernier n’utilisait que les nombres entiers (6, 75, 302475) ou les fractions irréductible (qu’on ne pouvait donc plus réduire, où ni le numérateur ni le dénominateur n’étaient paires).

Or dans sa démonstration Aristote explique brillamment que le seul résultat qui permette de calculer la racine carré de 2, c’est une fraction irréductible où le dénominateur ET le numérateurs sont tout les deux paires. On appelle ça un nombre irrationnel maintenant. Mais à l’époque, pour l’école Pythagoricienne, c’était une aberration.

Ces derniers ne réussiront pas à proposer d’autre solution à cette équation, et admettront finalement la désuétude de leur savoir. C’est la fin de l’école pythagoricienne, de leur religion, et le début de la débacle.

Ils vont d’abord sacrifier quelques vierges, afin de s’attirer les faveurs des dieux.
Mais étonnamment cela ne fonctionne pas.
Ils vont donc se suicider. En masse.

Des intellectuels se sont SUICIDÉS car ils n’arrivaient pas à écrire un nombre avec une FRACTION.

Ce qui est très drôle, c’est que c’est Aristote qui est à l’origine de ce mini-cataclysme. C’est lui qui a utilisé la science (les mathématiques en l’occurence) pour faire tomber une religion. Alors que 2000 ans plus tard, ce sont d’autres scientifiques qui ont risqué leurs vies pour faire tomber des dogmes que le Catholicisme a puisé dans les travaux d’Aristote.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s