Pourquoi Mad Men est la meilleure série de tout les temps

Mad Men n’est pas une série comme les autres.

C’est très facile de dire ça, mais il suffit de se pencher sérieusement sur cette oeuvre pour le réaliser. Et ça donne le vertige. Un vertige froid, austère, hautain presque. Qui nous laisse comme un arrière-goût de voyeurisme sur une époque vibrante d’espoir et d’optimisme.
Peut-être pour que nous puissions oublier la morosité de notre monde actuel.
Peut-être pour que nous puissions comprendre les sources de cette morosité.

La n’est pas l’important.

L’important c’est que cette série est unique en son genre, elle nous atteint avec une sincérité inhabituelle. Mais j’ai toujours eu du mal à mettre des mots sur ce qui me plaît dans Mad Men, même après plusieurs visionnements.  Je vais m’y essayer, ça va être brouillon et subjectif, mais je ne peux pas me résoudre à analyser ce chef d’oeuvre d’un point de vue rationnel. Ou, en tout cas, pas la totalité.

Pour ceux qui n’ont jamais regardé Mad Men, je vous conseil d’aller faire un tour sur le trailer qui résume relativement bien le monde dans lequel nos personnages évoluent.

Des personnages profonds

mad-men
Les personnages principaux de l’agence Sterling Cooper

La force principale de Mad Men, ce sont ses personnages et les acteurs qui les incarnent. Et il y en a une flopée, ce qui rend d’autant plus impressionnant le travail de casting qui a été fait. À mon humble avis, il n’y a aucun mauvais jeu d’acteur. Tous m’ont convaincu, que ce soit dans la haine, l’admiration ou l’indifférence. Chaque rôle a été savamment attribué et maitrisé à la perfection, et ce même pour les personnages secondaires.

Cette prouesse nourrit tout au long de la série un autre objectif fixé par Matthew Weiner, son créateur : Nous faire comprendre les personnages. Pas seulement leurs actions ou réactions, mais leur psyché. Pour ce faire il a fallu réaliser un important travail de construction : Chaque interaction, chaque phrase, chaque apparition sert ce but. Plus la série avance, plus nous sommes entraînés dans des nuances subtiles de personnalités.
Ce travail délicat est extrêmement réussi, et c’est ce qui nous permet de plonger avec joie dans cet univers.

Une époque intense

Mad Men se déroule dans les années 60, époque manichéenne dans l’histoire des États-Unis. Et le scénario l’utilise à merveille.
Globalement nous pouvons diviser les évènements de cette décennie en deux types d’utilisation dans la série :

  • Les encadrants, c’est à dire les évènements qui sont évoqués mais qui n’ont qu’un impact limité sur le déroulement de l’histoire. Nous pouvons par exemple parler de la mort de JFK, celle de Marilyn Monroe, la guerre du Vietnam, Charles Manson…
  • Les transcendants, c’est à dire les évènements qui introduisent ou supportent des problématiques sociétales de grandes ampleur. On peut y trouver, entre autre, la mort de Martin Luther King, l’arrivée des Rolling Stones en Amérique, les premiers mouvements féministes…

Ces grands thèmes ne sont pas traités historiquement, on ne nous explique pas leur chronologie ni les acteurs qui les ont porté. Ils sont abordés d’un point de vue personnel. Et ce qui fait toute la saveur de cette analyse.

Nous pouvons prendre comme exemple le féminisme, qui est l’une des thématiques de fond de la série. L’une des actrice principale, Peggy Olson, apparaît dans le premier épisode pour son premier jour en tant que secrétaire. Intelligente, ambitieuse et laide, elle incarne l’opposé de ce que la société attend d’une femme. Mad Men raconte donc ici le combat du féminisme première vague à travers les expériences très personnelles d’un personnage.

Peggy.gif
Peggy Olson dans toute sa classe pour sa dernière scène

Les Sixties ne sont pas uniquement présentes sur le fond. Elles le sont également sur la forme, à travers les modes, les expressions, les décors, l’ambiance… Tout cet univers est magnifiquement représenté à ce que j’estime être l’identique. Il y a un charme imparable qui se dégage de la réalisation, qui me rend nostalgique d’une époque que je n’ai pas connu.

Une réalisation étourdissante

Étourdi. C’est l’adjectif qui représente le plus fidèlement mon état après un épisode de Mad Men. Les personnages et l’époque jouent un rôle dans ce sentiment, mais c’est bel et bien la réalisation qui vient les sublimer.

Mad Men ça nous attrape, doucement, subtilement, sans prétention. Il n’y a rien de tapageur, d’impressionnant dans un épisode. Ce n’est pas du Breaking Bad ou du Walking Dead.
D’un point de vue marketing, Mad Men c’est du Pull, alors que la plupart des productions pratiquent le Push ad nauseam. 

On s’attache à Mad Men comme on s’attache à une musique qui n’a l’air de rien, mais qui vient nous titiller l’oreille avec une mélodie en toile de fond qui nous fait vibrer. Sauf que Mad Men sollicite notre esprit, se l’accapare et nous laisse spectateur d’un univers que nous pouvons presque toucher du bout des doigts.

Mad Men, c’est comme une femme dont la beauté ne nous frappe pas tout de suite. On croise son regard, on y lit une foule d’émotions enivrantes. On surprend un sourire discret, on y trouve une sincérité pugnace.

The Walking Dead et toutes ces séries plus classiques sont des bimbos. Les attributs sont mis en avant de manière évocatrice, presque obscène. Au premier coup d’oeil tout est dévoilé. C’est beau, mais pas plaisant.

(Fonctionne également avec des hommes)

Ce que j’essaie de dire, c’est que Mad Men nous séduit. La série nous demande un effort pour être appréciée à sa juste mesure. Il faut rester concentrer pour pouvoir comprendre l’ensemble de cette oeuvre. Mais quand cet effort est fait, nous sommes happés dans un univers qui n’est pas le notre, qui se déroule de manière autonome, sans chercher à satisfaire notre soif d’action, de péripéties et de rebondissement. Nous sommes spectateurs, non pas seulement d’un écran, mais d’une histoire. Nous n’avons aucune accroche, mais nous nous sentons impliqués.

C’est rare, c’est agréable, c’est étourdissant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s